Au seuil de ma demeure …

 

Qui que tu sois, tu es le bienvenu sur ce blog...même si tu n'as pas réalisé de grands voyages ! Car le voyage, le "vrai" (les chemins me l'ont divinement murmuré) c'est l'amour et l'écoute que tu portes en toi !

 

Ecouter un oiseau

Sourire à un inconnu

C'est déjà partir

C'est forcément aimer ...

MERCI d'être venu jusqu'ici !

 

Sabine

 

Quelque part un écho…

135- et beaucoup d'émoi!

La pensée vient en marchant (Nietzche)


L’essence même de cet espace..

 

Le cœur est dans chaque être

et dans chaque chose

j'aime aller à cette encontre

et en partager la lumière ...

C'est à la lueur de cette sublime chandelle

qu'avancent main dans la main

mes pas mes images et mes mots !

 

Sabine

 

Sourire de l’instant

 

Je ne puis toujours libérer mes pas comme je le souhaiterais vers ce chemin virtuel que j'affectionne tant !

Mais, chut, le temps ne me voit pas toujours et je parviens de temps à autre à venir, ici, lui dérober dans ses poches ma friandise préférée ........"le partage" !!!

 

Une pèlerine des sentiers du coeur.

 

Je pars …

 

P1110380 (Copier)

 

 

Dans deux jours je pars …

Ce n’était pas prévu, 

mais il y a parfois des voix qui viennent se bousculer en nous,

et dont on aime de suite l’écho !

 

Je pars,

emportant avec moi

les rêves tissés d’espoir

de marcheurs imaginaires,

dont les pas attendent la clémence des dieux

ou sont partis à tout jamais

se mêler aux flâneries des étoiles …

 

(A Cathy, à Hécate …et tant d’autres !)

 

Il fera, paraît-il, une chaleur quelque peu démentielle …

Mais je confie notre sort entre mer et montagne,

sur cette partie du “Camino del Norte”,

que nous arpenterons d’Irun à Puente Arce

(290 km d’émotion !),

et pas plus loin pour l’instant, faute de temps.

 

Mon coéquipier de vie m’accompagne.

Lola,  le maillon précieux qui formait l’amarrage de notre inséparable trio, ne sera pas à nos côtés …

Sa fulgurante joie de vivre va nous manquer !

 

 

Sur cette voie de Compostelle dite “sportive”, je pars avec un matériel usagé !

D’un côté une jambe qui, depuis une vieille double fracture, se transforme en citrouille selon la trempe du périple, de l’autre une entorse tout juste guérie et, pour soutenir le tout, un dos en compote de grimaces !!!

MAIS …

Si je marche avec le coeur,

rien qu’avec le coeur, 

je verrai dans les yeux du soleil

toute la splendeur d’un feu d’artifice !!!

 

Je vous dirai au retour

combien toute chose peut se détourner en miracle,

en rire d’ange,

en plaisir suprême …

  

Amie-cale-aimant :

votre pèlerine éprise des sentiers de “nos” instants .

 

 

 

Juste un peu …

 

Ecoutez cette musique …

Je viens de la découvrir ou, plutôt, de mieux la découvrir puisque je connaissais déjà un peu ce compositeur et pianiste italien par le film “Intouchables”.

Ludovico Einaudi, son ingéniosité m’a viscéralement emportée !

Je me suis alors mise à ma table d’écriture et, telle une proie miraculeusement envoûtée entrain de se transformer en fée, en fantôme ou en génie, l’émotion a jailli par tous les coins et orifices de mon être …

Ai-je écrit à travers ce que je percevais des images ou vu des mots candidement s’inscrire sur les images ?

Je ne sais plus !

 

(Je change assez fréquemment de musique, si au moment de votre passage “Islands d’Einaudi” n’est plus sur ma page, aller sur  ce lien  pour la retrouver )

 

———-

 

 

 

P1110366 (Copier)

 

 

De ces quelques lignes haut perchées,

qui ont tant fait pleurer de chandelles, 

imaginer un cahier

où le rêve oserait écrire,

y posant ses petits doigts d’enfant

et ses mots au crayon de nacre,

trempé dans le sang des étoiles …

Imaginer encore une partition,

un étendoir à petits bonheurs…

Et l’oiseau en passant

y ferait des pirouettes en clés de sol

pour écouter les musiques d’antan,

et tous les nuages reprendraient confiance,

et la pluie apprivoiserait ses grains,

se séchant à la lumière des astres

qu’elle inventerait !

 

 

 

 

P1110349 (Copier)

 

 

De  ces quelques trésors éparpillés

sur une table sans voile ni mante, 

soudain ne plus aimer que la nonchalance,

cette indocilité qui sent bon …

Suivre sur ses nervures folles

tous les chemins hasardeux des grands bois,

et se perdre,

mêlant tous les voyages,

s’ouvrant à tous les horizons…

Et sur sa peau en écume d’or,

caresser le doux front du silence !

 

 

 

 

 

P1110367 (Copier)

 

 

Et, près du feu,

un soir, 

raconter tout cela ..

Ce peu de choses,

devenues humbles préciosités

dans la frêle écorce du monde,

sur le fil à chanter de l’instant !

Et le dire sans un mot …

Et écouter se prélasser le temps,

divin balancement,

sur un fauteuil aux rondeurs de dunes

et anses de roseaux,

les yeux étonnamment noyés

dans les rimes émues et émouvantes

d’un vieux panier oublié

accroché au plafond …..

 

(Sabine)   

 

 

__________

 

YOUPI …  Lola est prise en MANAA à Bressuire !!!

 

 

 

 

Bal-ode de la coulée verte ….

 

 

Ne vous fiez pas au soleil, l’air y est plus frais que dans les yeux d’une fontaine ….

Nous sommes à Bressuire, en plein coeur du Poitou historique !

 

P1100895 (Copier)

 

 

 

J’aime ce long foulard torsadé, comme tombant des épaules des cieux …

 

P1100896 (Copier)

 

 

 

Et là, l’herbe y est douce, croyez-moi …

Nous nous chamaillions, joue contre joue, mercredi dernier …

 

P1100897 (Copier)

Face au mini-campus. 

 

 

 

Rêver un peu plus loin que nos pas,

et nous retrouver au-dessus du monde,

le coeur assis sur un ballon …

 

P1100898 (Copier)

 

 

 

Toucher sans bruit,

poser l’oreille contre,

puis attendre

et

tout entendre

et

de tout s’éblouir !

 

P1100901 (Copier)

 

 

 

 

Vers le château, une femme médite …

Ne cherchez pas à croiser son regard,

vous tomberiez dans un abîme

où les étoiles se confondent avec les fleurs !

 

P1100905 (Copier)

 

 

 

En fermant légèrement les yeux,

je sens le souffle d’un cheval à mes côtés,

deux enfants s’amusent à l’épée,

et leur rire fait pleuvoir des arcs-en-ciel …

 

P1100909 (Copier)

 

 

 

 

Un peu plus loin, j’entends des cris, des protestations, 

et je crois comprendre que la terre n’accueille pas  suffisamment d’enfants dans son ventre rond…

Trop errent encore en haillons, les pieds transis dans la mare et l’âme en prison !

 

P1100911 (Copier)

 

 

 

 

Et le soleil continue d’effleurer de ses doigts les cheveux du paysage,

en un geste d’oiseau …

 

P1100914 (Copier)

 

 

 

Plus je me noyais dans ce visage,

 plus je m’emplissais des racines de la tempérance …

 

P1100919 (Copier)

veillant près de la chapelle !

 

 

 

La chapelle a un teint de fruit,

et sa porte en forme de paupière

qui contemple les hommes,

les fera chanter demain

dans le feuillage de ses prières !

 

P1100929 (Copier)

 

 

 

Et, juste en face, un verger abrite quelques pensées de sculpteurs !

Un vieux fou y rêve encore de bataille …

 

P1100923 (Copier)

 

 

 

Pendant que deux amoureux s’abreuvent du nectar des heures …

 

P1100924 (Copier)

 

 

 

Qu’en dis-tu, toi, le joueur de bandonéon ?

Ton sourire en dit long !

S’il existe des arbres à paroles,

je vois en toi un bois à confidences …

 

P1100927 (Copier)

 

 

 

Et lorsque le verger sera tout en fleurs,

tes notes joueront la transe du ciel ,

réveillant le dormeur ….

 

P1100920 (Copier)

 

 

 

 

Deux châteaux se mirent,

et voient dans leur différence

les mêmes âmes d’enfant !

 

P1100930 (Copier)

 

 

 

Quelques mots, quelques noms me reviennent …

Le vallon des Douves, la vallée du Dolo, le moulin de Roux …

Mais qu’importe finalement tous ces noms !

Car, pardonnez-moi, j’ai perdu la feuille de route.

Il ne me reste qu’un parfum d’ambiance…

 

P1100934 (Copier)

 

 

 

Qu’un indescriptible plaisir de l’instant !

 

P1100940 (Copier)

 

 

 

 

Le voilà peut-être ce moulin de Roux ?

Il a un petit air antique, sans doute par l’aspect de ses ruines,  qui n’est pas pour me déplaire !

 

P1100941 (Copier)

 

 

 

On dirait que les chants de l’univers tout entier battent dans le sang de ses tempes !

 

P1100944 (Copier)

 

 

 

 

On l’appelle “le cyprès chauve” …

Le croiriez-vous ?

Avec une telle tignasse !

 

P1100946 (Copier)

 

 

 

Mais, sur sa chair, tout se dénude …

la beauté, le silence, l’émotion !

 

P1100947 (Copier)

 

 

 

 

Blanquette ?

Tu peux paître en toute béatitude ici, il n’y a pas de loup !

 

P1100951 (Copier)

 

 

 

Daudet,  en revenant vers le château, j’ai senti les fragrances de ta plume …

Tous les moulins reprenaient vie,

les jardins grouillaient de cigales

et Monsieur Seguin ne pleurait plus !

 

P1100956 (Copier)

 

 

 

Entendez-vous le joueur de fifre ?

Comme sa mélodie est jolie, mêlée au bandonéon ….!

 

 

______________

 

 

Nous nous sommes rendus trois fois à Bressuire,  pour l’inscription en Manaa de Lola, et trois fois nous nous sommes extasiés !

Ce lieu dégage une énergie particulière avec laquelle nous nous sentons en osmose …

Croisons les doigts pour elle, la sélection dans ce secteur est rude mais lui a donné toutefois l’occasion de réaliser des choses passionnantes,  et de vivre des instants tout aussi prenants que surprenants !

 

Quant à la “ballade de la coulée verte” (évoquée ici) je vous la conseille vive-aimant !!!

 

Post-Scriptum

  • chemin-je-t-aime
  •  Je marche et j'écris pour Aimer...Chacun de mes pas, chacun de mes mots me faisant tout à la fois renaître et ouvrir les bras ! La photo est aussi ma plus fidèle compagne...Elle est ma balise sur les sentes de l'émotion et du temps !
  • Retour à la page d'accueil
  • : 18/12/2010
  • Mis à jour le : 22/02/2013


 

 1123f

Cil-anse ....il dort ! 

 

Emue par…


Le voyage...

celui qui démunit autant qu'il enrichit,

qui détourne la pluie en rires

et fait de notre coeur

le plus fervent des poètes

sans même composer de mots !


Sabine

ou SAB-Lyse.


A la mare-aile ….

Viens avec tes mots-fleurs

tes mots-coccinelles

Danseront à tire-d'aile

dans la ronde du bonheur.

Je t'invite

à la craie maille-air

de ma maison au TOI d'or

y vivre d'amour 

et d'OH ! frais,

folie à l'endroit

raison à l'envers !

(Sabine)

Pour me suivre pas à pas

Inscription à ma newsletter

Ecoute

 

 

A-t-on appris à nos silences à devenir magiciens,

à faire crépiter des flammes dans l'antre de nos ciels gris

ou faire couler,  entre les pierres de nos coeurs en ruines, des rivières enchantées ?

Non, bien sûr que non !

Cette magie est en nous ...  (Sabine)

Mille et une fontaines pour demain !

Soutenez

A propos de mes créations

 

Chaque photo, écrit et citation (sauf là où figurera le nom de l'auteur) de cet espace sont "la sève de mon inspiration" ! Aucune de mes créations (surtout valable pour mes photos) ne porte ma signature car j'aime vivre en confiance. Si vous souhaitez en emprunter, pourquoi pas ? L'émotion est à tout le monde ! Faites-le moi juste savoir et pensez toujours à relier votre désir assouvi à un lien vers mon blog ...MERCI !       Sabine.

Mon premier livre

P1060170 (Copier)

 

Le tourbillon de mes pensées

venues se poser

comme feuilles au vent,

sur 160 pages illustrées

de mes photos couleur.

 

C'est ICI

 

Partage

communaute les passeurs de mots

caresses musicales

Mes livres d’images

 

Je commente le plus souvent chaque photo de mes diaporamas, afin de faire réellement vivre le voyage dans sa chair et l'authenticité de son histoire ...BON VOYAGE !

Compostelle

comdom burgos juillet 2008

 

Compostelle

 

Au pays de la tendresse

 

Toi, l'Auvergnate

 

Notre voyage solidaire

 

Rencontre avec les Vautours

 

Le chemin de Stevenson

 

Mon plat pays

Plat pays printemps 2011

 

Les journées d'Evajoe

 

Compostelle : de Cluny au Puy

 

Les jours heureux

 

Autour de Crazannes

 

 

 Compostelle alsacien

 

Protégeons-la !

Votez pour mon blog